Avanzada

Conservation et gouvernance: analyse comparative des cas des réserves de biosphère de la Sierra Madre de Chiapas et des Cris de l’Eeyou Istchee

Cita: Perreault-Brière, M.P. 2019. Maitrise en écologie internationale. Tesis: Conservation et gouvernance: analyse comparative des cas des réserves de biosphère de la Sierra Madre de Chiapas et des Cris de l’Eeyou Istchee. Director y asesor(es): Audette, D. (Director), Calmé, S. (Director).
Páginas: 1

Periodo de realización: 1900/01/01 al 2019/06/19

Tipo: Tesis

Lugar(es) de estudio: Sierra Madre de Chiapas, Chis., Mexique, Eeyou Istchee, QC, Canada
Resumen: "L’objectif de cet essai est de proposer un modèle pour améliorer les stratégies de conservation des réserves de biosphère mexicaines El Triunfo et La Sepultura, en intégrant une meilleure participation des communautés locales et autochtones ainsi que des principes du développement durable. Ces aires protégées sont importantes pour la conservation de la biodiversité des écosystèmes de la Sierra Madre de Chiapas, en particulier de ses forêts de nuage. Cependant, les mesures de conservation imposées aux communautés locales sans leur consultation ont créé des conflits sociaux importants, qui nuisent à la protection environnementale. Pour proposer des solutions, cet essai s’inspire du cas de la gestion du territoire de l’Eeyou Istchee par les Cris, une nation autochtone présente dans le Nord québécois. Les Cris bénéficient d’un régime social et écologique particulier, instauré par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois ainsi que ses ententes subséquentes. Ce régime leur donne le droit et les moyens de participer à la gestion et à la conservation de leur territoire en y intégrant leurs intérêts et leurs besoins, ce qui réduit les conflits présents entre les communautés cries et le gouvernement québécois. L’essai contextualise d’abord l’évolution du paradigme de la conservation de la biodiversité, en intégrant l’implication des communautés autochtones ainsi que la description des recommandations actuelles établies par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Il présente ensuite les facteurs principaux qui expliquent la déforestation de la Sierra Madre, dont le changement d’utilisation des sols qui est lié essentiellement à la pratique de l’agriculture et de l’élevage. Les principales stratégies de conservation utilisées par les autorités des réserves sont le zonage, les projets intégrés de conservation et de développement ainsi que les paiements pour les services environnementaux. Ces stratégies sont cependant insuffisantes pour combler les interdictions imposées par les mesures de conservation, qui limitent certaines activités essentielles à la subsistance des communautés. Les irrégularités du régime foncier et l’absence d’une gouvernance locale forte restreignent également l’efficacité des stratégies de conservation. L’essai décrit ensuite la gestion territoriale de l’Eeyou Istchee effectuée par les Cris. Cette nation possède des institutions de gouvernance locale développées et adaptées à leur système culturel, qui leur permettent de participer à la gestion des ressources naturelles de leur territoire, des projets de développement, des activités d’exploitation et des aires protégées, en collaboration avec le gouvernement provincial et les entreprises présentes. Leurs besoins sociaux, culturels et économiques sont considérés et intégrés dans les mesures de protection de l’environnement. Par exemple, la pratique de leurs activités traditionnelles dans les aires protégées est permise. L’essai présente ensuite une analyse comparative des deux cas étudiés, concernant le type de gouvernance présent, les niveaux de participation ainsi que l’intégration des principes du développement durable. Les résultats soulignent les avantages que représente une gouvernance locale efficace pour mieux répondre aux trois sphères du développement durable. Les recommandations formulées reposent donc sur l’amélioration de la participation des communautés locales par leur implication dans l’élaboration du programme de gestion des réserves, par la création d’institutions locales fortes et efficaces, par le développement de services sociaux adaptés qui servent à la collectivité ainsi que par la diversification des moyens de production économique durables qui impliquent l’utilisation des ressources."

Información de ECOSUR

["15.649682998657,-92.799018859863"]